1.25.2016

Postcards from Milan



31 décembre 2015.
Le nouvel an, nous, on aime pas vraiment.


Cette obligation de faire quelque chose de spécial, de sortir, de boire. Cette obligation d'être absolument heureux ce soir là plus qu'un autre, puis-qu’après tout, c'est le dernier soir de l'année?
Se montrer, montrer qu'on est pas seuls, montrer qu'on a réussi, montrer qu'on s'amuse, comme tout le monde.
Le nouvel an on s'y force chaque année avec plus ou moins de bonne volonté. 

Pour nous, pour moi, le nouvel an devrait se fêter chaque jour. C'est vrai, après tout c'est comme un an de plus, une année de souvenirs, d'épreuves et de sourires, des expériences folles et des journées pluvieuses, des ballades sans fin, des bêtises et des musiques, des souvenirs du passé qui restent pour l'instant si profondément présents, des souvenirs qui mériteraient qu'on y pense, qu'on y réfléchisse, plus d'un soir que ce fameux 31. 
Je chérie tous ces moments dans leurs plus beaux contrastes pour ce qu'ils m'ont apporté ou retiré, qu'ils nous changent, nous fassent grandir - ou écrire.

Nous voulions profiter, à notre image, pour une fois, des derniers jours de notre année mouvementée.

Donc, Milan,
on voulait saisir l'opportunité de voyager avant la rentrée, je connaissais l'Italie, Milan de nom, de magasines, de fashion week et de wallpaper city guide lu dans l'avion.
Ce 31 décembre 2015, nous avons visité le Castello Storzesco, son Parco Sempione, un musée d'art moderne, admiré le Duomo, de jour et de nuit, récolté des souvenirs au hasard des boutiques, nous avons respectivement mangé tiramisu et "glace aux céréales", bu beaucoup de café, feu d'artificé, nous sommes couchés - résumé simplifié de ce que fût notre année.


je porte: sac - vintage/ jean - zara/ manteau - zara/ col en fausse fourrure - banana republic
en l'espoir que la prochaine soit aussi riche et animée.