10.26.2016

We cut the night


we are equals, we are mirrors, we cut the night

...

Je ne vous ai pas encore parlé de musique par ici, et pourtant j'en écoute sans arrêt. J'ai toujours aimé la musique et chaque semaine je fouille deezer de font en comble pour ne rater aucune nouveauté, et d'artiste en artiste je tombe sur des morceaux coup de cœur, que j'écouterai, en boucle, le temps d'une semaine.
Comme beaucoup j'imagine, je connaissais déjà Aaron, je les ai simplement redécouverts cet été sur le plateau de Taratata et depuis je n'écoute plus qu'eux : aussitôt ajouté à mes favoris, je passe l'album en boucle sans jamais m'en lasser, j'ai adoré chaque musique et été époustouflée par l'univers que dégage we cut the night. C'est à la fois électro et mélancolique, sombre et profond, poétique, ça me parle de la nuit et des lumières de la ville, ça fait danser, rêver, c'est un de ces albums comme il en existe peu, qui marquent des moments, un espace de ma vie dont je me souviendrai pour toujours en écoutant shades of blue. Des albums comme celui-ci, j'en connais peu et ce sont les rares cds que vous trouverez chez moi, mas si je les collectionne, c'est qu'ils valent à mon sens la peine d'être écoutés et je ne saurai vous encourager davantage à le faire. Quand à moi je vous en reparlerai peut-être un de ces jours, qui sait !


à écouter :